Informations pratiques sur la vie au Japon




La première chose que je vous dirais au sujet du Japon, c'est le respect. C'est une notion fondamentale que bon nombre d'occidentaux oublient.



En effet, au Japon, dès qu'on se bouscule, on s'excuse, même si on n'est pas responsable. Si le feu est au rouge, on ne traverse pas, même s'il n'y a aucune voiture. On demande aux gens si on peut les prendre en photos, eux ou leur propriété (magasin par exemple).



La deuxième chose à savoir est que la vie est plus chère qu'en France. Aller au Japon, c'est bel et bien un luxe. Pour votre information, mon voyage à Tokyo m'a coûté plus de 3200 euros, incluant le vol, l'hôtel, les repas, les visites, les cadeaux, bref, la totalité des éléments.



Propreté




Au Japon, la propreté est de premier ordre, évitez de jeter vos ordures n'importe où. Certes, il y a des gens qui nettoient mais je rappelle qu'il s'agit de volontaires et qu'au lieu de ramasser les cochonneries de certains, ils peuvent aussi porter une attention particulière aux plantes dont la variété à Tokyo est très impressionnante.



Malheureusement, il n'existe pas de poubelles publiques au Japon, que ce soit dans la rue ou dans les gares. Les seuls endroits où vous trouverez de quoi vous délestez de ces objets incommodants sont les konbinis, où les ordures sont triées ainsi : brulable, non-brulable, cannettes et bouteilles plastiques.



Les konbinis




Les konbinis, ce sont de petits supermarchés, il en existe plusieurs (Mini Stop, Lawson, Seven Eleven, Family Mart, Sunkus...) Ils sont ouverts 24/24h et 7/7j. On en trouve tous les 500 mètres environ et parfois les uns à côté des autres. Ils sont très pratiques pour acheter de la nourriture, des boissons et ils proposent également toute une gamme de services comme les photocopies, la réservation de spectacles, ect.





L'argent




La monnaie japonaise est le yen. 100 yens équivaut à peu près à 1 euro. Il existe des pièces de 1, 5, 10, 20, 50, 100 et 500 yens. Les billets sont réservés aux montants de 1 000, 5 000 et 10 000 yens.







La délinquance




Comme je l'ai dit plus haut, le Japon est un pays très respectueux, cela passe également par la quasi absence de vol ou de délinquance : vous pouvez être au café avec vos affaires et votre téléphone sur la table, les laisser pour aller aux toilettes, ils n'auront pas disparus entre temps. Je vous conseille malgré tout de rester méfiant, on ne sait jamais et le risque zéro n'existe pas.



Mais surtout, ne soyez pas tenté d'emprunter les affaires des autres : s'il pleut, n'allez pas vous servir dans les parapluies à l'entrée des restaurants et si vous en avez assez de marcher, ne vous saisissez pas du premier vélo venu.





La meilleure façon de marcher




Les japonais conduisent à gauche et bien souvent, vous serez invités à marcher à gauche, pensez à ne pas rester au milieu du trottoir car ils sont aussi réservés aux vélos et ils sont légions à Tokyo.







Irashaimasen (bienvenue)




Il y a énormément de grands immeubles ou de gratte ciels à Tokyo, généralement, les magasins ou tout bâtiment est accessible sur environ 7 étages dont 2 en sous-sol.



Souvent, les immeubles sont partagés, à chaque étage, vous trouverez des cafés, des restaurants, des salons de massage, ect... N'hésitrez pas à rentrer dans chaque bâtiment et à regarder ce que propose chaque étage, vous pourrez peut-être aussi trouver quelques perles...



Il n'existe pas de rez de chaussée, il s'agit du 1st floor. Ce qui fait que si vous souhaitez accéder au 4ème étage, il faudra appuyer sur le bouton 5th floor dans l'ascenseur.



L'enfer de la rue




Armez-vous de plans (certains vous sont fournis sur ce site Internet) car certaines rues n'ont pas de noms (en fait seules les grandes rues en ont un) et repérer les numéros n'est pas chose facile.



Le plus simple est de repérer les enseignes importantes ou les pâtés de maison.





Cigarette




Il est interdit de fumer dans la rue ou ailleurs. Il existe des fumoirs spécifiques, soit des salles si c'est à l'intérieur, soit de grosses boites grises si c'est à l'extérieur.







L'avion




Il existe deux types de vol pour se rendre à Tokyo :
- les moins chers, avec des escales, mais il faudra compter faire votre voyage aller-retour en 4 jours. Le vol aller-retour vous reviendra entre 500 et 800 euros ; de nombreuses compagnies proposent ce type de voyage : Aeroflot, Qatar Airways, ect...
- les plus chers, sans escales (environ 12 heures de vol) mais avec une compagnie de qualité (généralement Japan Airlines ou Air France). J'ai choisi cette deuxième option et les prix peuvent monter très haut mais j'ai pour ma part pu trouver quelque chose de correcte à 1125 euros.



A l'aéroport, les dispositifs de sécurité sont très similaires à ceux des Etats-Unis : vous devrez remplir l'habituelle fiche de déclaration de vos biens, déclarer que vous avez moins de 10 000 euros sur vous mais également remplir la fiche d'immigration en précisant votre identité, la raison de votre voyage et l'adresse de votre hôtel.



Vous devrez également donner vos empreintes et faire une photo, tout en subissant quelques questions permettant de s'assurer que vous ne venez pas avec de mauvaises intentions, vous pourrez être amenés à avoir une fouille de vos bagages (ça a été mon cas).



Les restaurants


Il y a une pléthore de restaurants et les plats vous sont généralement présentés en vitrine. Je n'ai pas de conseil particulier à donner hormis peut-être une petite Izakaya située à proximité de Ropponggi Hills appelée Gonpachi, il s'agit du restaurant qui a inspiré Quentin Tarantino pour la scène des Crazy 88 (le combat entre Lucy Liu et Uma Thurman) dans Kill Bill.



Tokyo est la ville la plus « étoilée » au monde, beaucoup de très grands chefs s'y trouvent. On retrouve également toutes sortes de cuisines : italienne, française, je suis même tombé sur un restaurant marocain !



Dans la plupart des restaurants, y compris au KFC, on vous donnera une serviette humide avant de manger afin de vous nettoyer les mains.



Il n'y a pas de pourboire, il est déjà inclus dans la note, il s'agit aussi généralement d'un droit d'entrée dont le prix varie selon les restaurants.



Qu'est-ce qu'aiment les japonais ? La nourriture japonaise bien sûr, composée essentiellement de poisson mais aussi parfois de poulet ou de boeuf. Ils sont aussi très friands de hamburgers et de spécialités chinoises ou indiennes.

Les hôtels




Il existe plusieurs formes d'hébergement au Japon :
- les hôtels : forme classique que nous connaissons partout dans le monde, pour lesquels les prix varient de 50 à 200 euros la nuit.
- les capsule hôtels : ils ne sont pas très chers, environ 20 euros la nuit et vous permettent de dormir dans une « capsule », c'est-à-dire une chambre d'un mètre de haut, pour un mètre de large et 2 mètres de profondeur.
- les ryokan : hébergement de style traditionnel, vous êtes généralement hébergé par une famille. Le tarif est plutôt raisonnable mais cela varie, comptez une cinquantaine d'euros par nuit.
- les auberges de jeunesse : il en existe aussi au Japon, pour 10 à 20 euros, vous pouvez partager une chambre avec d'autres personnes, c'est le format le plus économique.



Pour ma part, je suis resté à l'Oak Hôtel du côté d'Ueno, il s'agit d'un hôtel classique qui propose également quelques chambres en mode auberge de jeunesse. C'est un très bon hôtel qui a d'ailleurs reçus quelques prix pour la qualité de son hébergement. Pour 14 nuits, j'ai payé 778 euros.





Les transports


Il existe de nombreuses lignes de métro gérés principalement par 3 sociétés : Toei Subway, Tokyo Metro et JR (Japan Rail).



Lorsque vous empruntez une ligne, vous payez un ticket dont le minimum varie selon la compagnie (1,70 à 1,90 euros) et dont le prix augmente en fonction de la distance parcourue. Si vous effectuez un changement avec une ligne d'une autre compagnie, vous devez à nouveau racheter un ticket et repayer.



Il est à noter que la Yamanote (JR) est une ligne assez utile et très connue puisqu'elle permet de faire le tour des principaux quartiers importants de Tokyo : Ikebukuro, Shinjuku, Harajuku, Shibuya, Ginza et Ueno.



Il existe d'autres lignes de chemin de fer privé dans Tokyo, si vous voulez aller à Odaiba par exemple, vous devrez emprunter la Yurikamome Line.



Ça coûte cher, et pour 2 semaines, j'ai dépensé environ 150 euros rien qu'en titres de transport. Il n'existe pas de réduction et la carte d'abonnement démarre à un mois et coûte 160 euros.



Pour aller plus vite, je vous invite vivement à acheter une carte Suica ou Pasmo, qui permet de charger un certain crédit et de la passer sur les bornes pour valider votre voyage, l'équivalent de notre pass Navigo (Titre de transport du STIF : une carte à puce sans contact permettant de circuler dans les transports en région Parisienne). Cela évite de devoir toujours sortir son porte-monnaie et de perdre du temps à acheter un ticket aux machines, de devoir ensuite le rechercher dans ses poches. La carte coûte 5 euros remboursables lorsque vous rendez la carte mais bien souvent, les gens la garde en souvenir...



Les toilettes


Fréquemment, lorsqu'on se ballade, surtout pendant une journée, une envie pressante peut faire son apparition. Chacun sa technique pour se soulager mais au Japon, il y a des toilettes partout. Non pas dans la rue comme en France mais dans chaque bâtiment, à chaque étage, dans les restaurants, cafés, magasin, salles de jeux mais aussi dans les gares. Et question propreté, comme précisé plus haut, on n'est dans la perfection, pas de graffitis, d'oublis de chasse d'eau, ect.

retour à l'index du dossier